Le culturisme

Le culturisme, connu aussi sous son nom anglais de bodybuilding, est une forme compétitive de la musculation, tout comme l’haltérophilie ou la force athlétique (ou powerlifting). Une compétition culturiste est jugée par un jury composé de plusieurs juges qui évaluent le développement musculaire des athlètes.

Le culturisme de compétition implique des fréquents entraînements en salle de musculation, avec des charges plus ou moins lourdes et un nombre de séries pour chaque mouvement plus ou moins élevé selon la progression de la saison compétitive.

Le culturisme implique aussi une attention particulière à la nutrition, selon qu’il s’agisse d’une période de prise de poids, la période de quelques semaines avant une compétition où on essaie de perdre de la graisse, ou les heures avant une compétition où on limite l’apport en eau afin que la peau soit la plus fine possible pour laisser voir tous les fibres musculaires.

Lors d’une compétition les juges regardent, bien entendu, la taille des muscles. Mais le culturisme dépasse de loin une simple question de volume musculaire. Sinon, un ruban de couturière et un pèse-personne suffiraient à établir un classement.

Le développement musculaire doit être harmonieux, sans qu’une partie du corps, sans qu’un groupe musculaire, domine les autres. On recherche le développement de tous les muscles, non seulement les plus gros comme les pectoraux ou les biceps, mais aussi les muscles moins connus comme les intercostaux.

Les juges évaluent aussi la définition musculaire, la visibilité des muscles, d’où le régime très stricte d’avant compétition. Chez un compétiteur de haut niveau on a l’impression de voir chaque fibre de chaque muscle. Au delà du simple développement musculaire, le culturiste de compétition doit maîtriser parfaitement tous les muscles de son corps, tant en statique qu’en mouvement. En effet, pour présenter les résultats de son entraînement, il faut tendre simultanément l’ensemble des muscles visibles, ce qui exige une connaissance de son corps et un effort considérable. Ainsi une compétition constitue une véritable épreuve physique qui dépasse le travail déjà important en salle de musculation qui la procède et la permet.

Dans une compétition on repartit les athlètes selon leur taille et/ou leur poids, selon la fédération régissant la compétition. Il existe bien entendu des catégories d’âge, et des catégories de compétition en couples, avec la particularité lors des compétitions gaies et lesbiennes de couples du même sexe.

Afin d’établir leur classement, les juges font faire à l’ensemble des compétiteurs une série de poses imposées, détendues et en flexion, avant d’en sélectionner par groupes de trois pour affiner leur jugement. Il s’agit donc de tendre l’ensemble des muscles visibles en même temps, de préférence sans grimaces! Sous les éclairages et du fait de cet effort, un compétiteur peut perdre des dizaines de centilitres d’eau en sueur.

Après les tours au repos et en poses imposées, le troisième tour offre l’occasion de voir le sportif en mouvement. Comme lors des épreuves de patinage artistique, le clou d’une compétition culturiste, c’est la chorégraphie individuelle sur musique. Chaque athlète va ainsi poser sur la musique de son choix pendant une minute ou une minute trente. Il va tenter de mettre en évidence ses points forts, cacher comme il peut ses points faibles, et faire un spectacle qui va enthousiasmer le public aussi bien que les juges.

Une compétition moyenne rassemblant une trentaine d’athlètes repartis dans les différentes catégories de poids, de taille, d’âge et de sexe, peut prendre plusieurs heures. Les compétitions plus importantes, dont celle des Gay Games, peuvent réunir des centaines de compétiteurs et se déroulent parfois sur plusieurs journées. En effet, plus les compétiteurs sont nombreux dans une catégorie, plus les combinaisons de comparaisons se multiplient.

Avant les quelques minutes sur scène que voit le public, le culturiste de compétition consacre des heures d’entraînement, une attention à une alimentation stricte, et une préparation esthétique (rasage et bronzage naturel ou artificiel pour mettre en valeur les muscles, échauffement pour en augmenter le volume et le relief,…) que seuls les compétiteurs et leur entourage ne voient. Autant il importe d’avoir des voix encourageantes et un oeil qui conseille dans la salle, il faut au culturiste un entourage avisé et solidaire dans les mois, les semaines, et les heures avant une compétition… C’est ainsi que notre association offre à tous, compétiteur ou non, un rôle à jouer dans l’aventure d’un sport passionnant.

Laisser un commentaire »

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :